Mémoire Usine Tréfimétaux

 

Retrouvez ici le vidéo-clip "La Valse des Tréfi" (Chanson-hommage aux anciens de l'Usine Tréfimétaux Dives-sur-Mer)

des reportages avec archives visuelles, et des témoignages ou textes adressés à ce sujet à Mil Marie Mougenot

par des anciens ou enfants ou petits-enfants d'anciens de Tréfimétaux Dives

 

 

 

Films

"La Valse des Tréfi" Paroles et Musique : Mil Marie Mougenot

Extrait du CD "Escale au Café du Port" (Disponible sur e-boutique du site)

Film réalisé par Caroline Douillet-Lecamu

 

 

 

Reportage sur FR3 CAEN - Anniversaire des 30 ans de la fermeture de l'usine TREFIMETAUX à DIVES-SUR-MER
Samedi 26 Novembre 2016 - Avec des anciens, des archives, extrait du chant "La Valse des Tréfi" en Live.

Vidéo de Caroline Douillet-Lecamu - Anniversaire des 30 ans de la fermeture de l'usine TREFIMETAUX à DIVES-SUR-MER
Samedi 26 Novembre 2016 - Avec des anciens, les familles, Messieurs Francis Giffard (ancien Mairie)

et Pierre Mouraret (Mairie actuel) des archives, extrait du chant "La Valse des Tréfi" en Live, etc.

 

 

 

Presse

Anciens, expo, mémoire chantée avec Mil Mougenot et Monelle
Article extrait du PAYS D'AUGE du 29 Novembre 2016

 

 

 

Textes

 

 

 

Texte pour la cause des TREFI  et des victimes  de l'Amiante, écrit par Evelyne Lanchon

et adressé à Mil Marie Mougenot le dimanche 27 Novembre 2016

 

A toi, politicienne, politicien

Tu as besoin de nos voix

Tu le dis, et nous Divais, Divaises dans notre désarroi

Nous l'avouons, nous aussi avons besoin de toi.

 

Si tu savais, ami (e) toutes ces années de dur labeur

A respirer ce poison incrusté dans nos poumons, dans nos ateliers de malheur

S'il vous plaît, aujourd'hui écoutez votre coeur,

Votre promesse, ne peux pas être un leurre..

 

Au nom de cette sueur que nous avons versé

Pour la transformation de ce beau cuivre laminé, étiré,

Aujourd'hui, depuis 30 années cette belle usine est fermée

Dans nos coeurs la Nostalgie, dans nos corps la maladie, amis (ies) écoutez...

 

Nous ne sommes que des humains qui demandons réparation

Pas de mendicité, juste de votre part un peu d'attention

Un peu de compassion aussi, et surtout de justice, afin de pouvoir

Nous soigner dans la dignité, de mourir en paix, il ne nous reste que l'espoir...

                 

D'être indemnisés, pour toutes ces années

Qui n'ont pas été toujours simples,

Nous ne pouvons plus vivre aujourd'hui dans cette tourmente

Il faudrait nous reconnaître, nous pauvres victimes de l'Amiante.

 

De cette fermeture d'usine, est née un projet de rêve,

Un port avec ses bateaux, ses beaux appartements de luxe, ses loisirs

Mais ce qui serait moche, c'est qu'on oublie ceux qui crèvent

A petits feux, faute de soins, faute d'argent, laissés dans l'oubli, plus d'avenir...

 

 

Evelyne Lanchon                                                         

 

 

 

 

Photos

 

 

 

Photo communiquée par Madame Evelyne Lanchon, novembre 2016
Photo communiquée par Madame Evelyne Lanchon, novembre 2016

 

 

 

Photo communiquée par Madame Evelyne Lanchon, novembre 2016
Photo communiquée par Madame Evelyne Lanchon, novembre 2016